Le  11 octobre célèbre chaque année la Journée internationale de la fille, qui cette année a pour thème « Le Pouvoir des Filles est à l’honneur sur les réseaux sociaux _ Ma voix l’égalité pour l’avenir » 

Cette journée il faut le rappeler est à l’initiative de l’ONG  Plan International 

Les  filles d’aujourd’hui sont les femmes de demain. Elles sont des actrices du changement et le 11 octobre c’est avant tout :

–    une journée de mobilisation internationale pour les droits des filles 

–    un temps fort pour rappeler l’importance de leurs droits, et notamment l’éducation, pour le développement économique d’un pays.

Les technologies  occupent désormais une place incontournable dans nos vies et proposent des perspectives dans nos 

manières de vivre, d’éduquer, de transmettre des savoirs et de travailler. Les technologies sont des outils cruciaux en soutien à notre travail, notre militantisme et notre leadership. Nous ne nous connectons plus. Nous vivons connectés. 

C’est pourquoi il est primordial d’accompagner les jeunes filles à se les approprier et à s’en servir.

La pandémie de COVID-19 a accru l’utilisation du numérique par tous notamment les jeunes et  les jeunes filles. Elle a mis en lumière l’importance de l’accès au numérique notamment en temps de crise.

Cette utilisation accrue pose de manière importante les enjeux liés à l’ ’accès, l’éducation au numérique la liberté et la sécurité des filles en ligne.

Accès : Les jeunes filles peuvent estimer que les services mobiles et internet ne sont pas à leur portée, car ils ne sont souvent disponibles qu’en dehors du foyer ou dans des endroits peu sûrs ou éloignés . 

 Souvent, les jeunes filles ne possèdent pas non plus les compétences numériques ni la confiance nécessaires pour utiliser les services mobiles et internet. Elles sont donc en butte à de nombreux obstacles pour accéder à ces services. 

La lutte contre les inégalités numériques entre les sexes suppose de mettre à disposition des filles de contenus adaptés. 

Autant d’enjeux qui nécessitent la mobilisation de toutes les parties prenantes : secteur privé, secteur public, société civile.

On peut citer ici quelques  initiatives prises 

par l’Etat du Sénégal pour promouvoir la liberté et la sécurité en ligne par des lois et pratiques pour un environnement favorable à l’éducation numérique pour tous et particulièrement pour les enfants à travers le Sénégal Numérique 2025 et le programme d’appui à l’éducation numérique (PAEN), la stratégie nationale de cyber sécurité, la loi 2008-12 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel, la loi n°2018-28 portant sur le code des communications électroniques, la loi n°2008-11 du 25 janvier 2008 sur la cybercriminalité et le plan national de protection des enfants sur Internet. 

Citer également des initiatives prises par des associations telles que  FESTIC (Association des Femmes Sénégalaises des Tic), Jiguen Ci Tic…

Ces associations déploient des projets 

numériques qui entrent dans le cadre de la formation des femmes et des jeunes filles sur l’entrepreneuriat numérique aux fins de réduire la fracture numérique entre les hommes et les femmes et leur formation sur les opportunités offertes par celui-ci. 

«Les professions du secteur des télécommunications figurent régulièrement parmi les 20 emplois les mieux rémunérés ».

 « Il faut donc pousser les filles à entreprendre une carrière qui leur permet de développer des compétences techniques dans ce domaine ».

C’est le moment de souligner les potentialités du secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour les filles, et les encourager à entreprendre des carrières dans les filières de la technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.