SAOUDATOU, VENDEUSE D’ÉMOTIONS

L’odorat a un puissant pouvoir sur notre mémoire. Un parfum, parfois banal, peut  nous ramener à notre enfance, réveiller en nous des souvenirs ou de fortes émotions.

En immigrant, on s’éloigne de notre terre natale, de nos familles, des senteurs qui ont éveillé nos sens et ryhtmées notre quotidien. Il ne nous reste que les souvenirs enfouis dans nos coeurs et dans nos mémoires. Jusqu’au jour où, au croisement d’une rue, une senteur nous faire sourire ou pleurer de nostalgie. Au milieu des grands froids du Canada, Saoudatou nous ramène le parfum de notre enfance, celui que nos mamans utilisaient pour embaumer nos  maisons. Dans sa boutique en ligne TALAM, elle propose une gamme d’encens, d’encensoirs, de mélange de parfum et des accessoires faits de cuir de mouton.   

Arrivée au Canada en 2008 avec une license en droit en poche pour poursuivre ses études, Saoudatou a aussi ramené dans ses valises son pot d’encens. Une bonne africaine brûle toujours de l’encens. Alors, cette coquette jeune femme a rapporté avec elle, les senteurs de son pays natal, le Niger pour parfumer son nouvel univers. Très vite, cette commercante dans l’âme se crée une opportunité d’affaires en vendant de l’encens, des encensoirs et en exportant des cosmétiques divers et des  objets de décoration vers le Niger.   

Saoudatou ne vends pas que des senteurs, elle vend des émotions enfermées dans un bocal. Elle me raconte qu’à son arrivée au Canada, elle a réalisé que l’encens ne se brulaient que dans les lieux de culte ou de méditation. Très différent de l’Afrique où son utilisation fait partie du quotidien. Pour être belle, il faut sentir bon! Les femmes africaines, surtout en Afrique subsaharienne utilisent quotidiennement l’encens pour se parfumer et pour embaumer ou changer l’ambience dans leurs maisons.  L’encens réconforte, inspire et tranquilise.

Chaque femme a son parfum, sa signature par laquelle elle se distingue. Le passage d’une femme dans un endroit se doit d’être marqué par son parfum. Le  secret de préparation est protégé comme un mot de passe d’une femme à une autre.  Elle décide de faire découvrir cette pratique ancestrale africaine dans son  pays d’acceuil, où elle a fini par s’établir et fonder une famille. En 2017, elle enregistre finalement son commerce sous le nom de TALAM qui signifie embellir ou décorer en Zarma, sa langue maternelle. 

Elle offre une gamme d’encens importée d’abord d’Afrique et d’Asie. Mais son produit phare, elle l’a crée elle-même par un pur hasard, un jour d’été en coupant la branche d’un cèdre, un arbre à bois odorant tombé devant sa maison.      

Elle raconte qu’un léger parfum se dégageait au fur et à mesure qu’elle sciait la branche. Cette fraiche senteur l’avait envoutée. Quelque jours plus tard, elle se rend dans une menuiserie avec son conjoint et la même odeur de cèdre fait germer une idée dans son esprit créateur. Elle ramasse quelques copeaux et surtout le cotton de cèdre provenant de la taille répandu à terre. Sachant que l’encens est constitué d’un bois de base (le santal ou le bois d’agar), d’eau de cologne, de résine et d’huile, Saoudatou décide  de créer son propre encens. Elle y rajoute son ingrédient secret et le laisse imbiber pendant quelques mois. Le résultat est au delà de ses espérances. Elle vient de combiner les senteurs d’Afrique avec un bois trouvé au Canada pour le grand bonheur de sa clientèle. CEDRA, l’encens à base de poudre de cèdre devient son meilleur vendeur! il est doux, discret et durable.

La diversification de ses produits est aussi arrivé par un pur hasard. Un jour, elle a parcouru plusieurs magasins de Montréal à la recherche d’un portefeuille pouvant contenir plusieurs cartes. N’ayant pas trouvé ce qu’elle cherchait, elle  décide lors d’un passage à Niamey, de se le faire fabriquer par un artisan de la place. A son retour, une amie en commande un, puis une autre et les commandes s’enchainent. Elle décide d’ajouter une gamme de produits en cuir composée du  portefeuille Talam, son produit phare, de sac à mains et de porte-documents fabriqués au Niger. 

Saoudatou travaille avec minutie pour livrer des produits de qualité. Même si elle déplore la lenteur de la production toujours artisanale en Afrique, elle est fière d’offrir des produits écoresponsables et durables. 

Elle envisage des mises en place dans des magasins qui ont pignon sur rue afin  élargir sa clientèle. La boutique en ligne Talam Shop continue de grandir et elle  choisi la vente en ligne uniquement pour minimiser les coûts et s’adapter aux nouvelles réalités du marché. La pandémie du coronavirus lui donnera raison, car elle n’a  eu besoin de fermer sa boutique. Pendants ces semaines et ces mois où nous sommes restés enfermés dans nos maisons, les senteurs de Talam nous ont permis de laisser nos esprits  enivrés vagabonder sur les sentiers des souvenirs à défaut de pourvoir nous y rendre physiquement.

Fière de toi Saoudatou Soumaila Sina, toi qui a su enfermer de belles émotions dans un bocal, merci de nous rapporter ici les bonnes senteurs d’Afrique pour embaumer et embellir notre quotidien.  

Laissez votre commentaire
No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

code